Le projet ECVET (Enhanced European Cooperation in Vocational Education and Training) vise à créer un "système européen d'accumulation et de transfert d'unités capitalisables pour l'enseignement et la formation professionnels".

Les objectifs premiers du projet sont définis comme suit :

« ECVET (…) permet l'enregistrement, la validation et la reconnaissance des acquis et apprentissages effectués à l'étranger (…). Centré sur la personne, il est fondé sur la validation et l'accumulation des acquis et des apprentissages de la personne, définis en termes de connaissances, savoir-faire et compétences requis pour une qualification. ECVET est conçu pour fonctionner au niveau européen en assurant une interface antre les systèmes et dispositions existants au niveau national pour l'accumulation et le transfert d'unités capitalisables ».

L'ANFA (Association Nationale pour la Formation d'Automobile), chef de file du projet, a proposé une étude sur la faisabilité d'un système ECVET pour les apprentis. Les membres du partenariat regroupent une vingtaine de pays : Allemagne, Autriche, Hongrie, Belgique , Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Slovénie, Suède et Suisse.

Les travaux prévus par le Consortium se déroulent en deux phases :

  • Etat des lieux européen : analyse des systèmes de formation européens afin de mesurer la compatibilité avec le système ECVET
  • Phase test : tests réalisés en laboratoire pour vérifier les hypothèses formulées lors de la précédente phase.
    Alain Kokosowski, Président du CREDIJ, intervient en tant qu'expert. Il a notamment participé à la création d'un questionnaire visant à interroger les acteurs de la formation et les autorités impliquées sur l'adoption du système ECVET.

Pour en savoir plus, veuillez consulter le site du projet ECVET : www.ecvetconnexion.com